Villa Sola Cabiati

Architecture

Lorsque vous approcherez de la Villa Sola Cabiati par voie nautique, vous vous trouverez face à un spectaculaire quai d'amarrage en pierre grise muni d'un double escalier. Les marches mènent à un large portail de fonte décoré d'ornements dorés et de statues d'animaux et de créatures mythologiques. Le conte de fées peut commencer.

Vous franchissez le seuil et avancez dans le merveilleux jardin italien aux parterres de fleurs dessinant des arabesques. Devant vous, se trouve à présent l'entrée de la villa, un véritable chef d'œuvre de l'architecture néoclassique. Entrez et immergez-vous dans de luxuriantes salles et de précieuses collections d'art.

Le jardin et le parc

En avançant doucement vers les eaux du lac, le splendide jardin italien se divise en quatre grands parterres éclatant de fleurs. À l'arrière s'étend le parc le plus romantique et sauvage, en pente vers la montagne, traversé par des sentiers bordés de fougères et d'arbres aux odeurs légères.

Le bâtiment principal

Construite au XVIème siècle, la magnifique Villa Sola Cabiati a été redessinée dans un style néoclassique durant la seconde moitié du XVIIIème siècle.

Le Duc Gian Galeazzo Serbelloni a donné à la villa son élégance incontournable en ajoutant deux belles ailes latérales, le grand escalier, les balcons de marbre et les volets bleus - hommage aux eaux du lac - complétant ainsi l'harmonie du design avec le jardin italien.

Les salles

À l'intérieur, les pièces racontent l'amour que porte à l'art l'une des plus célèbres familles italiennes. Une extraordinaire beauté unit les trois espaces de l'étage noble, de la salle d'entrée au salon, en passant par la salle à manger, chaque pièce étant ornée de fresques et de stucs de Muzio Canzio.

Admirez le lieu et laissez-vous transporter dans l'atmosphère d'antan, la musique, les bals extravagants, les salons de réception raffinés.

Les fresques

Les fresques raffinées qui ornent la salle principale de l'étage noble, accessible par le scalone d’onore, l'escalier d'honneur, sont l'œuvre de Francesco Conegliani, élève de Tiepolo dans son atelier milanais.

Le cycle des fresques rend hommage à l'Éneide de Virgile. Le thème de l'histoire légendaire d'Énée, chère aux cœurs des Serbelloni, a certainement été suggéré par Giuseppe Parini.